Catégories
Culture WWOOF Portraits

« Le déconfinement a été l’occasion de découvrir des fermes à côté de chez moi »

Caroline s’est déconfinée en WWOOFing. La limite des 100 km à la ronde lui a fait découvrir Le jardin de Michèle, une ferme WWOOF de son secteur. Quand, comme elle, on aime le local et les circuits-courts, avec un peu de créativité, on transforme vite cette limite en opportunité de rencontre.


 » Par mon métier – je suis guide-touristique – je travaille tout le temps à l’extérieur, et je croise des gens de tous les horizons. Avec le confinement, je me suis soudain retrouvée seule dans mon appartement, enfermée chez moi, sans voir personne. Moi qui aime cuisiner, échanger et faire de nouvelles rencontres, ça a été dur !

 » Je travaille tout le temps à l’extérieur, et je croise des gens de tous les horizons. Alors j’ai contacté des fermes à côté de chez moi pour le moment du déconfinement. »

Alors je me suis dit que c’était l’occasion ou jamais de faire ce que je n’avais pas pu faire après mes études. J’ai adhéré à l’association WWOOF et j’ai contacté des fermes à côté de chez moi pour les rejoindre au moment du déconfinement.

Le plaisir de manger en compagnie et de partager avec les autres.

J’habite dans la métropole bordelaise et j’ai repéré Dominique et Michèle qui cultivent un grand jardin potager à 30 min de chez moi ! Je connaissais le village de nom, mais je n’y étais jamais allée. On a convenu que je les rejoindrai au moment du déconfinement.

La prudence recommandée a rendu Michèle – qui a l’habitude des très grandes tablées – un peu dubitative au début ! Elle a fait attention a réduire le nombre de personnes à table : de 20 on est passés à 8 🙂 J’ai tout de suite retrouvé le plaisir de manger en compagnie, de partager avec les autres ! C’est tellement important !

Dans leur grand potager, le temps est passé très vite. En une semaine, j’ai pu faire plein de choses : déplacer du fumier, planter, biner, arracher, cueillir les premières fraises et les petits-pois… Les activités étaient très variées. On a pu beaucoup échanger. Et je suis repartie avec un énorme cageot de légumes !

Revenir participer un week-end maintenant qu’on se connait.

L’intérêt quand on fait du WWOOFing à moins de 100km de chez soi, c’est aussi de pouvoir se revoir ! Michèle organise parfois des chantiers pour faire les conserves de l’été. Moi qui aime glaner les fruits et légumes en fin de marché et dans la nature pour faire mes propres conserves, je reviendrai sûrement participer un week-end maintenant qu’on se connait.

Au mois de juin, je vais encore faire un autre WWOOFing dans mon secteur. Puis, comme je m’intéresse aussi à la fabrication du fromage, je compte élargir un peu le périmètre dès que ce sera possible pour aller un peu plus loin, sur une ferme dans le sud-ouest. »


Découvrir le Jardin de Michèle où Caroline a fait du WWOOFing

Laisser un commentaire