Unspoken Rules: the Do’s and Dont’s of WWOOFing

WWOOFers and WWOOF hosts share their advice on the ‘best practices’ of WWOOFing as well as some general guidelines that may not be so obvious to those unfamiliar with the culture. These rules are not written in stone, nor necessarily spoken outright, but are born of experiences working on organic farms.

Alice, a French WWOOFer in Montesquiou

This Lyon-native, having WWOOFed since 2016, talks about taking initiative, working autonomously, and adapting to rhythm

“Take initiatives. Have motivation to do things. Anything. Set the table, sweep the floor if you notice it’s dirty. Ask if there is anything more you can do. Don’t always wait to be told what to do every minute but try to be autonomous as much as you can. I’ve WWOOFed at farms where the hosts have so much work and the more you can pitch in without them having to stop and explain, well, it’s a huge help. At one farm in the south of France, it was very autonomous. I got up every morning to feed and care for the animals for example. But it’s different everywhere you go. On that note, I would say a good rule of thumb is to honor the rhythm of your host or better yet, know how to adapt yourself to and follow their rhythm. From beginning to end. At one host’s, we had “siesta” until 2 or 3 in the afternoon, and would work after. But with the next host, that wasn’t the case because we ate much later. At every place, it’s a slightly different tempo: meal times, when to shower, work time, work pace, which days are free, and so on.”

Gilles et Christine, biodyanmic and organic wine cultivators in Savoie

Commitment is a commandment to respect between WWOOFers and farms, according to WWOOF host Gilles

« WWOOfing is first and foremost about discovery―not only for the WWOOFers but for us too! They bring us their culture, their knowledge, their eagerness. And we teach them how to cultivate and run a vineyard―everything from the grape harvest to the wine tastings with clients. Openness is at the heart of the philosophy of this exchange, and we love to have our WWOOFers taste local dishes, like escargots, and visit the region. Because we do take our roles as hosts seriously, we expect the same from our WWOOFers. A good rule to respect is that if you make a commitment with a host, keep it! We just have two spots for WWOOFers that in peek season, July and August, are booked; a few times we were stood up by those who had committed to coming and then last minute cancelled. For us, it complicates things for planning and becomes lost opportunities for more serious WWOOFers who want to come. Life happens. There may be an emergency, or you may get sick. But plan your stays with hosts in advance as best you can, and follow through on your word. »

See the profile of Domaine Partagé

Jodi-Lea and Jean-Paul, two Australians with experience WWOOFing in France and Japan

Two Australian farmers advise to take caution before working in the sacred gardens of French hosts

“One thing that stood out when WWOOFing in France is that every farmer’s garden is a sacred area that you don’t work in unadvised! Every host attended to their garden in a completely different fashion and what you think you know about gardening can be all wrong―and we come from a farm background in Australia! One Gardner might be bio-dynamic and go by the phases of the moon, another might go by some other system. We had ones with very straight rows and the farmer would rotate them, and then others that might be a circular permaculture garden. One time, there was this messy garden and we thought we were helping by weeding, but accidentally upset the farmer because he had his own time and system for for pulling weeds! In this case, as a permaculturalist, he left the weeds to act as « shade » for the seedlings, locking in moisture and keeping them from being dried out by the sun. Who knew? Not us! Our rule is: do not touch a French person’s garden for the first time unaccompanied!”

Leni: poet, gardner, and veteran host in Dordogne

Leni offers gentle words of wisdom to hosts and WWOOFers

« Being a WWOOF host goes back to this old fashioned idea of hospitality. That word has been stolen by the market for hotels, and business and such. However, here in the Périgord, most people still have a real sense of the traditional custom of hospitality which goes right back to the root of hospice, hostel, hospital―it’s about giving care to people who are away from their homes. And that has always been my attitude in welcoming WWOOFers here. As for the exchange between WWOOFers and hosts, I suppose you can say it’s a two way process. There should be no hierarchy like in a top-down system. To make a pun, it’s an organic process! When you go into someone’s home, it’s a very intimate sort of space. Whatever I have given to WWOOFers they have given me so much more back. I can’t say there is any one general rule. My word of advice would be: Be yourself, don’t hesitate to ask questions. Look around, just look around inside the farm, the house, look outside. Really take a deep breath of fresh air, and don’t necessarily come with preconceived ideas about what to expect. Really observe and don’t hesitate to join in and help. Don’t be shy. That is something I have to repeat a lot to WWOOFers because for a kind of security a lot of people bring their own images that they sort of transpose. You’ve made this big gesture to go WWOOFing so be confident in yourself. Look around with the eyes of a child. »

See the profile of Le Bourmier

Alyssa, an American who WWOOFed in Alsace, Bourgogne and Provence

« Participate as much as you can in the day to day life of your hosts while WWOOFing in France. For foreigners, it’s much more of a unique experience than conventional traveling, like staying in a hostel or in a hotel. Being welcomed in locals’ homes creates a warm and intimate setting―we were treated like family by the people we stayed with! Their sincere hospitality made me want to help my hosts in any way I could to show my deep appreciation. Dive into the work and the relationships with the people you meet without any hesitation, because by being present and engaged, you can open yourself up to life altering changes. In my case, WWOOFing in France has been the most monumental time from my traveling and living abroad; it truly changed my life and how I want to live my life. Working on the farms made me realize how obtainable it is have my own sustainable farm in the future, to grow my own food and have an self-sustaining lifestyle that aligns with my values. It was by talking and spending time with my hosts as much as possible and as they felt comfortable―while working and in my free time―that I learned about alternative lifestyles.”

Louis-Abel, vegetable farmer in Savoie

Simple house manners go a long way with hosts like Louis-Abel

« The ‘savoir-vivre’, or good manners, is important. At the same time, everyone is different, we all have our own personal values and beliefs, so you can’t ask the same thing of everyone. That being said, what I find favorable among WWOOFers are those who participate in many aspects of our daily life as a family, like wiping down the table after eating, or making a meal from time to time. There cannot be a general rule that applies to everyone, as every WWOOF experience is different. My advice to WWOOFers would be to communicate what they would like to learn; it’s not a job interview! But also good communication between WWOOFer and host is key. What is working? What is not working? It’s a dialogue. Another quality I personally appreciate with WWOOFers’ help is spontaneity and autonomy. Finding their own projects to do when they feel inspired or taking over a chore at the farm, like feeding the animals. There’s always something I have to be doing, in-between being a farmer and having a family, I’m always on the go!

See the profile of Les jardins de St Julien

Pia, a Lebanese WWOOFer living in Dubai

Pia discusses the nature of teaching and how her host, Kath, would leave sings all around the farm as a fun way to teach WWOOFers

« I had been romanticizing farm life for a few years and finally decided to try it out. I was a typical city girl in my youth, but now I find myself drawn to nature and it’s raw, abundant beauty. In July of this year, I volunteered for three weeks on a farm in Montendre, next to Bordeaux. The work was relatively easy. I learnt a little bit about permaculture, hand picked Colorado Potato Beetles and beans. I weeded some and helped Kath with the irrigation system. That would be my advice to hosts: be very clear about the work at hand, and have fun teaching. On the farm, Kath had messages placed in different spots about the permaculture way of life. It taught me the twelve design principles. For instance, one sign would say « Integrate rather than segregate, » the permaculture principle being that by putting the right things in the right place, relationships develop between those things and they work together to support each other. That was new to me; and it made sense to me. »

« Qui c’est qui passe l’éponge ? », les basiques de la vie collective

Faire du WWOOFing, c’est aussi partager la vie d’une personne ou d’une famille. Pour démarrer sur de bonnes bases, une petite révision des basiques de la vie collective rafraîchit toujours la mémoire. C’est ce que conseille Jean-Jacques Fasquel, grand habitué du WWOOFing qui partage ses expériences dans ses « Carnets de WWOOFing ».

« Soyez proactif pour mettre la table ou la débarrasser, proposez de cuisiner votre spécialité, d’étendre la lessive ou encore de passer un coup de balai dans la salle à manger, comme le ferait un autre membre de la famille. »

Les us et coutumes, les règles de savoir-vivre

« Vous allez débarquer dans l’intimité d’une famille. Même si cette dernière accepte, en conscience, de vous accueillir et de partager son quotidien avec vous, soyez respectueux des règles de vie de vos hôtes et ayez du savoir-vivre.

Pour ce qui est des tâches domestiques quotidiennes, participez sans attendre que l’on vous sollicite. Soyez proactif pour mettre la table ou la débarrasser, proposez de cuisiner votre spécialité, d’étendre la lessive ou encore de passer un coup de balai dans la salle à manger, comme le ferait un autre membre de la famille.

Pour les travaux de la ferme, mettez-vous dans une position d’apprenant humble, positif, volontaire et curieux. Vous n’avez pas bien compris une consigne ou appréhendé un geste ? Demandez à votre hôte de réexpliquer sa demande pour éviter de vous mettre dans une position inconfortable ne sachant pas exactement comment procéder, au risque de faire une bêtise. Les erreurs font partie de l’apprentissage et seront tolérées, mais autant les réduire au maximum. Votre hôte vous confie sans a priori son outil de production, la caisse de son étal au marché ou encore les clés de sa maison… Alors soyez à la hauteur de sa confiance.

Montrez-vous ouvert ! Vous venez découvrir une autre façon de produire et de vivre la société. Toutefois, cela n’empêche en rien de questionner votre hôte sur sa pratique ou des faire des propositions. Les étonnements du « candide » sont une vraie richesse pour les paysans qui ont souvent le nez dans le guidon et n’ont pas toujours le loisir de prendre du recul. Si vous avez des compétences spécifiques dont vous leur avez parlé, comptez sur eux pour vous demander de les mettre en oeuvre. Ainsi, Anne, une WWOOFeuse, a dessiné l’étiquette du premier millésime du vin du vignoble Celler La Gutina, en Espagne. Dix ans plus tard, cette étiquette est toujours utilisée !

Assez souvent, une complicité, voire une amitié, va naître. Suite à mes séjours, j’ai accueilli plusieurs de mes hôtes à mon domicile et j’ai gardé contact par mail avec d’autres. »

Extrait tiré du livre Carnets de WWOOFing, de Jean-Jacques Fasquel, éditions Terre vivante

96 pages – 10 € – coll. Champs d’action – éd. Terre vivante

En librairies, magasins bio, jardineries et sur boutique.terrevivante.org

Perfectionner le réseau : les abus ou erreurs de casting

Devenir hôte WWOOF France n’est pas automatique. Seule une candidature sur deux est acceptée sur la base des principes de la charte du WWOOFing. Pour préserver le coeur et l’esprit du projet associatif, WWOOF France met un point d’honneur à repérer les abus – côté et hôte et WWOOFeurs – quand ils se présentent. Dans son livre « Carnets de WWOOFing« , Jean-Jacques Fasquel, WWOOFeur aguerri, revient sur ces erreurs de casting.

« En cas d’abus ou de non-respect de sa charte, l’association WWOOF France fait une enquête, entend les parties et peut engager une procédure disciplinaire pouvant aller jusqu’à la radiation de l’hôte [ou du WWOOFeur ] » (ndlr)

« Vous avez peut-être entendu parler de mauvaises expériences de WWOOFing. Même si elles sont sommes toutes assez rares, elles existent.

Si vous êtes confronté à une situation qui ne correspond pas aux principes du WWOOFing ou à ce que vous avez convenu en amont, si les tâches qui vous sont proposées ne vous conviennent pas, vous paraissent trop répétitives, trop physiques ou trop longues, parlez-en rapidement à votre hôte. En cas d’abus caractérisé, n’hésitez pas à contacter WWOOF France, qui peut faire office de médiateur, et sachez mettre fin à un séjour si une solution ne peut être trouvée.

Plus vous aurez discuté en amont avec votre hôte, moins vous risquez de vous retrouver dans ce genre de situation. Par ailleurs, le site de WWOOF France permet désormais aux WWOOFeurs de laisser des commentaires suite à leur séjour. La page Facebook de l’association permet également de lire certains retours d’expériences de WWOOFeurs.

En cas d’abus ou de non-respect de sa charte, l’association WWOOF France fait une enquête, entend les parties et peut engager une procédure disciplinaire pouvant aller jusqu’à la radiation de l’hôte (une vingtaine par an) [ou du WWOOFeur ] » (ndlr).

Sachez également que l’inverse peut se produire si vous ne respectez pas le contrat moral, à l’image de ce WWOOFeur qui passait ses nuits à jouer au poker en ligne, et qui bien sûr ne pouvait être opérationnel au chant du coq.

Extrait tiré du livre Carnets de WWOOFing, de Jean-Jacques Fasquel, éditions Terre vivante

96 pages – 10 € – coll. Champs d’action – éd. Terre vivante

En librairies, magasins bio, jardineries et sur boutique.terrevivante.org

Pour en savoir plus : 
- Qui contacter en cas de mauvaise expérience ?
- Quelle est la politique de commentaires de WWOOF France ?

Première expérience de WWOOFing : le trajet, l’arrivée et la rencontre

Après les échanges virtuels avec votre hôte, vient l’heure de la véritable rencontre. Jean-Jacques Fasquel, WWOOFeur confirmé et auteur du livre « Carnets de WWOOFing », chez Terre Vivante, revient sur ces premières minutes.

« Les premières heures sont les heures des premières fois, comme un enfant, on regarde, on écoute, on reproduit, on s’adapte. »

« C’est le jour J ! Il vous faut rejoindre la ferme de votre hôte. Si vous possédez un véhicule, le trajet ne sera qu’une formalité. En revanche, si vous utilisez les transports en commun (train, bus, covoiturage, autostop), il vous faudra anticiper un peu plus et vous coordonner avec votre hôte, surtout s’il a proposé de venir vous chercher à la gare ou dans une ville proche de la ferme. Pour optimiser leurs déplacements, certains hôtes vous donneront parfois rendez-vous dans un village ou une ville, à l’occasion d’un marché. Ils pourront également profiter d’une livraison ou d’un achat en ville pour vous récupérer.

L’arrivée, la rencontre

Roulements de tambour ! Vous êtes sur le point de toquer à la porte de la ferme ? Votre hôte se dirige vers vous dans le hall de la gare ? Cette première rencontre est un moment important. Vous ne serez pas forcément très à l’aise, mais chacun va tout faire pour briser la glace rapidement. Si votre hôte est venu vous chercher en voiture, le trajet de retour est l’occasion de commencer à se présenter et à s’apprivoiser. Ne soyez pas timide, votre nouveau compagnon est sûrement tout aussi impressionné que vous. Ce n’est pas un entretien d’embauche, alors montrez-vous ouvert, détendu, rassurant, parlez de ce que vous savez faire, de vos autres expériences, de ce qu’il vous plaît…

Vous allez enfin découvrir la ferme qui a fait l’objet de vos projections depuis quelques temps. Vous aurez droit à un tour du propriétaire plus ou moins long… A moins que ce ne soit l’heure de la traite, par exemple, et que l’on vous propose de vous mettre tout de suite en tenue pour profiter de ce premier grand moment. A la ferme, c’est l’activité, les animaux, la météo, les impondérables qui donnent le tempo. Les premières heures sont les heures des premières fois, comme un enfant, on regarde, on écoute, on reproduit, on s’adapte. A votre arrivée, votre hôte vous fera également signer la déclaration sur l’honneur de WWOOF France qui fixe le contrat moral des modalités du séjour. »

Extrait du livre de Jean-Jacques Fasquel, « Carnets de wwoofing », éditions Terre Vivante

3 bons conseils à suivre pour concrétiser son séjour de WWOOFing

Une fois adhérent à l’association WWOOF France, à vous d’entrer en relation avec les hôtes membres. Photo de profil, emails sincères et personnalisés, recherches parmi les nouveaux hôtes… Revue de conseils pour les nouveaux WWOOFeurs.

Jacky et Guillaume, deux WWOOFeurs discutent avec Leni, hôte en Dordogne.
  • Soigner sa photo de profil. Avant d’ouvrir les portes de leur ferme et de leur foyer, nos hôtes vont regarder votre profil. Et il est plus rassurant de connaitre le visage de celui ou celle qu’on va accueillir. Prendre le temps d’ajouter une photo de vous pour remplacer l’avatar par défaut est un gros plus. Evitez les photos d’identité – trop normées et au sourire proscrit – et préférez une photo de vous au naturel.
  • Personnaliser sa demande. En tant que WWOOFeur, vous pouvez envoyer jusqu’à 10 demandes de WWOOFing par jour. La tentation de l’email type et du copier-coller est grande… et souvent improductive. Les hôtes sont très sollicités en été et privilégient souvent les WWOOFeurs véritablement intéressés par leur choix de vie et leurs activités. Alors soyez sincère dans votre démarche : expliquez pourquoi vous avez choisi cette ferme plutôt qu’une autre (type d’activité agricole, de mode de vie en famille ou en collectif, vision du monde…) : gain de temps pour tout le monde assuré.
  • Contacter les nouveaux hôtes WWOOF France. Selon leur date d’adhésion à l’association WWOOF France, leur profil affiche parfois peu, voir aucun commentaire. Ces nouveaux hôtes reçoivent donc parfois moins de demandes que d’autres. N’hésitez pas à les contacter et à devenir, peut-être, leur premier WWOOFeur. Consulter la liste des nouveaux hôtes WWOOF France

Au moment de préparer son sac pour partir en WWOOFing, faire simple et pratique

Boucler son sac, c’est déjà se préparer pour l’aventure. Jean-Jacques Fasquel, WWOOFeur confirmé et auteur du livre « Carnets de WWOOFing », nous glisse quelques conseils avant le départ.

Pour le matériel un peu spécifique, il y a de grandes chances que vos hôtes vous équipent eux-même sur place. Passer un coup de téléphone permettra certainement de ne pas charger son sac pour rien…

« Certes, vous avez l’habitude de faire votre sac pour partir en voyage, mais ce séjour est un peu atypique. Prévoyez des tenues de travail qui ne craignent rien (pantalon, short, T-shirt) et des chaussures solides (de marche, voire de sécurité, c’est à dire avec une coque pour vous prémunir contre les accidents). Pensez également à une veste de pluie, une paire de gants de travail et, si vous avez de la place, une paire de bottes. En général, votre hôte les mettra à votre disposition, mais il est toujours plus confortable d’avoir un équipement parfaitement à sa taille.

Pour le reste des vêtements, ne vous chargez pas trop, car la plupart du temps vous pourrez faire des lessives sur place (à vérifier tout de même avant le départ).

Un bon chapeau, une casquette et de la crème solaire sont recommandés pour l’été. Quand on prend un coup de soleil à la plage c’est embêtant, mais quand on doit retourner aux champs le lendemain, c’est nettement plus désagréable. (…)

Au fond de mon sac, je glisse également quelques petites douceurs pour moi : une plaque de chocolat, un paquet de gâteaux, des fruits secs. Quand on est gourmands ou qu’on a un coup de mou, il est mieux de dévorer ses propres confiseries que d’aller vider le placard de ses hôtes, d’autant que la première épicerie sera parfois à des kilomètres de votre lieu de WWOOFing. Bien que j’emporte également quelques livres à lire et films à visionner, ils restent le plus souvent au fond de mon sac, car le bon air et la fatigue des travaux des champs me font m’endormir comme un bébé, aussi bien lors de la sieste (assez souvent pratiquée par les hôtes) que le soir.

J’amène également la plupart du temps un petit cadeau personnel à mes hôtes (un petit pot de miel de mon jardin, un pot de confiture maison, un livre que j’ai apprécié, un cadeau pour les enfants si je sais qu’ils en ont…) ».

Extrait du livre de Jean-Jacques Fasquel, « Carnets de wwoofing », éditions Terre Vivante

Voir le site des éditions Terre Vivante

WWOOFing et vie quotidienne : « La clé, c’est s’adapter »

En dehors des activités agricoles, faire du WWOOFing c’est aussi débarquer dans la vie quotidienne d’une personne, d’une famille ou d’un collectif. Le WWOOFeur trouvera vite sa place en prenant part aux incontournables tâches ménagères. Bref, en appliquant chez son hôte les bonnes vieilles règles de savoir-vivre. Hôtes et WWOOFeurs racontent leurs expériences.

Aline, éleveuse de brebis dans les Alpes

« Je n’ai rien affiché pour rappeler les règles de vie,
je m’attends à ce que les WWOOFeurs participent spontanément, comme le ferait un ami »

« J’ai 58 ans et ce n’est pas toujours facile pour un jeune d’une vingtaine d’années de trouver sa place dans une maisonnée ! Contrairement à la bergerie, où je pilote les activités, je ne donne aucune consigne aux WWOOFeurs concernant la vie quotidienne. En fait, je m’attends à ce qu’ils soient autonomes : qu’ils repèrent où sont les couverts, qu’ils participent d’eux-mêmes à la pluche des légumes pour la soupe… J’apprécie quand ils observent le fonctionnement puis l’appliquent en prenant leurs marques dans la maison. Le conseil c’est de ne pas rester passif, ne pas attendre qu’on nous demande pour participer au quotidien. La plupart d’entre eux le savent d’ailleurs. Avant de partir, ils me demandent un balai, une pelle et une serpillère pour laisser la chambre dans le même état qu’ils l’ont trouvée. Quand le ménage n’a pas été fait, c’est un peu contrariant… ».

Voir le profil de la ferme La Champagne

Frédéric, maraîcher en Ariège

« Pour l’instant je n’ai jamais eu besoin de demander aux WWOOFeurs de participer au quotidien,
ils le font toujours d’eux-mêmes »

« A l’arrivée des WWOOFeurs, je fais un tour du site pour qu’ils aient une vue à 360° du lieu. J’explique par exemple le fonctionnement des toilettes sèches. Mais je ne donne pas de « règles de vie ». Les WWOOFeurs participent d’eux-mêmes au quotidien et tout se passe généralement de façon très fluide. Je fais moi-même la cuisine car j’aime leur offrir de bons repas… Mais si certains veulent le faire de temps en temps, je ne m’y oppose pas. De mon côté, c’est vrai que je m’attends à ce qu’on partage la vaisselle mais je n’ai jamais eu à demander à quelqu’un de le faire jusqu’à maintenant. Il faut dire que je prends le temps d’accueillir des WWOOFeurs vraiment intéressés par ce que je fais, venus avant tout pour découvrir mon travail ».

Voir le profil des Jardins du Canabera

Roseline, horticultrice dans le Vaucluse

« J’explique aux WWOOFeurs ce que j’attends d’eux, comme ça il n’y a pas de malentendus »

« Chez moi, les choses sont très organisées : je tiens à faire moi-même la cuisine aux WWOOFeurs car c’est une façon de les remercier pour leur aide. Je leur fais goûter la cuisine provençale et ça simplifie la gestion de mon frigo : je sais toujours ce qui s’y trouve et sur quoi je peux compter. Pour être bien claire, j’explique aux WWOOFeurs qu’ils doivent mettre la table, remplir les carafes, couper le pain et débarrasser. Je leur demande aussi de balayer la chambre une fois par semaine. Comme ça il n’y a pas de malentendus, on peut alors profiter les uns des autres ».

Voir le profil des Jardins de la rose et du parfumeur

Cécile, en WWOOFing dans le Béarn

« Delphine avait disposé des panneaux de rappel aux endroits stratégiques : amusants et jamais autoritaires,
ils jouaient leur rôle tout en participant à un bon esprit général »

« Chez Delphine et Fabien, j’étais logée dans une jolie caravane. Quand je suis arrivée, le lit était fait, avec des couettes bien chaudes en prévision des nuits fraîches. Pour la vie quotidienne, elle nous a proposé de faire la cuisine chacun notre tour. Avec l’autre WWOOFeuse, son mari Fabien et elle, on s’est répartis les jours et on a cuisiné avec ce qu’il y avait dans le jardin, c’était sympa car chacun a pu faire goûter ses petits plats. La vraie corvée était celle du seau des toilettes sèches car ça ne se fait pas tout seul, il faut régulièrement le vider ! Mais ça s’est organisé très naturellement avec la WWOOFeuse qui était avec moi. Pour la salle de bain, on essayait toujours de laisser l’endroit propre derrière nous. J’ai bien aimé les panneaux de rappel que Delphine avait disposés aux endroits stratégiques : ils étaient amusants et jamais autoritaires, ils jouaient leur rôle et ils participaient à un bon esprit général ».

Voir le profil de la Ferme des médicinales

Victorien, éleveur et maraîcher en Ile-et-Vilaine

« Comme des amis le feraient, les WWOOFeurs prennent soin de l’endroit qu’on leur prête »

« Avec Rémi, on prépare toujours une chambre propre et confortable à nos WWOOFeurs, avec une bonne couette, des draps propres. C’est un espace qui leur est consacré. Nous n’avons jamais eu de mauvaise surprise, le lieu a toujours été rendu comme ils l’ont trouvé : aspirateur passé, salle de bain nettoyée… On entretient souvent des liens avec les WWOOFeurs qui sont passés chez nous donc, comme des amis le feraient, ils prennent soin de l’endroit qu’on leur prête. Il arrive que certains apportent de petits cadeaux en arrivant : il n’y a pas longtemps, une WWOOFeuse polonaise nous a apporté une bouteille de vodka à la fraise ! Mais ce n’est pas du tout systématique ».

Voir le profil de la ferme du Pré de la Rivière

Marie-Paule, en WWOOFing dans le Gard

« On faisait tous quelque chose et comme ça tout le monde était détendu »

« Quand je suis arrivée chez Christophe, il m’a montré la maison, là où j’allais dormir, etc… je me suis tout de suite sentie à l’aise. C’est lui qui faisait la cuisine, et dès que je pouvais, avec le WWOOFeur canadien qui était avec moi, on aidait à mettre le couvert, à faire les courses ou à passer un coup de balai après le repas. Dans la salle de bain, il y avait une éponge pour nettoyer après notre passage pour les suivants. Est-ce qu’on ne fait pas ça chez soi ? On faisait tous quelque chose et comme ça tout le monde était détendu. Alors le soir on avait le temps de discuter (il n’y avait pas de télé). J’ai tellement appris sur l’agriculture biologique avec Christophe que j’y retourne cet été ».

voir le profil du Moulin du Pont d’Alzon

WWOOFing et famille : conseils à la source

Plus de 500 hôtes acceptent de recevoir des WWOOFeurs en famille. Une belle idée qui pose des questions d’organisation. Retour d’expériences d’hôtes et de WWOOFeurs.

Lola et Fabien, hôte-maraîchers et parents de 2 enfants

« Nous avons des enfants, et c’est parfois plus simple de se comprendre avec des familles. »

Nous sommes dans le réseau WWOOF France depuis presque un an. L’été dernier nous avons accueilli deux familles.

WF : Pourquoi ce choix ?

Nous avons des enfants, et c’est parfois plus simple de se comprendre avec des familles : chacun a son propre centre de gravité, ça peut-être plus facile de trouver sa place que pour un WWOOFeur qui vient seul.

WF : Comment s’est organisée la vie quotidienne sur place ?

Chacune des familles était autonome au niveau du couchage. Nous avons pourtant ce qu’il faut mais ils sont arrivés soit en caravane, soit en camion aménagé. La première famille nous aidait le matin, allait visiter le coin les après-midis et en profitait pour dîner tous les soirs à l’extérieur. L’autre famille préférait rester la journée avec nous, et nous prenions tous nos repas ensemble. A chaque fois, ce fût des séjours courts, d’une semaine environ.

WF : Est-ce que ça ne fait pas beaucoup de monde à nourrir d’un coup ?

Les repas étaient simples et on a l’habitude de cuisiner pour des grandes tablées alors ce ne sont pas quelques estomacs d’enfants qui vont grever notre budget ! Bon, c’est vrai que nous n’avons encore jamais eu d’ado à table ;)…

WF : Et côté gestion des enfants dans l’espace de la ferme ?

Nous sommes sur une grande parcelle fermée, les enfants peuvent se déplacer librement. Parfois, je choisissais de faire une chose à laquelle un enfant pouvait participer, comme de la peinture par exemple. Mais ce qu’ils aimaient surtout, c’était s’occuper des poules !

Visiter le profil de la ferme de T.A.N.G.A

Adrien et sa fille Eva, une semaine de WWOOFing dans le Perche

« On participait à toutes les tâches du quotidien. »

WF : WWOOFer en vacances avec ta fille, d’où t’est venue cette idée ?

Je cherchais d’abord une immersion totale à la campagne avec ma fille de 6 ans, et non pas des vacances pas chères (mais finalement, ça a aussi été le cas !). J’étais là pour le plaisir d’être en plein air et d’aider la famille de maraîchers qui nous a accueillis dans le Perche. Ils avaient 3 jeunes enfants et ma fille a pu un peu participer, comme l’aurait fait une petite de la ferme, à ramasser les œufs et nourrir les poules.

WF : Comment s’est organisée la vie quotidienne ?

Nous sommes venus en camion aménagé donc nous étions autonomes sur le couchage. Mais nous prenions tous nos repas ensemble avec la famille qui nous accueillait, du petit-déj au repas du soir. On participait à toutes les tâches du quotidien : on allait “cueillir les courses” dans le jardin, on faisait un peu de troc avec l’éleveur d’à-côté pour la viande. Pour la cuisine et la vaisselle, c’était à tour de rôle, ça se faisait naturellement.

WF : Ta fille a t-elle réussi à s’adapter facilement ?

Sans aucun problème ! Bien sûr, tout n’est pas comme à la maison : nous qui avons l’habitude des baguettes bien blanches, on a mangé du pain de campagne qui se garde longtemps. Personne ne m’empêchait d’aller à la boulangerie du coin si je n’étais pas content ! Mais l’état d’esprit c’est quand même de se laisser embarquer par la vie de la ferme, pas de chercher à appliquer son fonctionnement habituel.

WF : Mais comment s’occuper d’un enfant tout en WWOOFant quand on est une famille monoparentale ?

Quand elle n’était pas avec les poules ou le chien qu’elle rêverait d’avoir, Eva jouait avec ses crayons de couleurs et ses jeux mais aussi avec la famille… elle sait s’occuper. Il y a certainement eu quelques moments d’ennui pour elle, mais d’un point de vue éducatif, je trouve ça bien qu’elle rêvasse un peu.

Thierry, hôte en Ardèche et père de 3 enfants

« Pour que ça marche, mieux vaut avoir des enfants autonomes, à partir de 7 ou 8 ans. »

WF : Après de nombreux accueils de WWOOFeurs en famille, tu as choisi d’arrêter, pourquoi ?

Oui, car accueillir une famille demande naturellement plus de temps que l’accueil d’un WWOOFeur seul : aujourd’hui nos projets sont bien lancés et ne nous permettent plus d’être aussi disponibles.

WF : Quelle expérience en retires-tu ?

Avec la ferme, on a pas trop l’occasion de partir, alors avec le WWOOFing, c’est le monde qui vient à nous ! Nous avons trois enfants qui suivent l’école à la maison, et ma femme est accompagnatrice à la natalité… c’est donc tout naturellement que nous avons reçu plein de familles. Tous les profils sont passés à la maison. A chaque fois ce fût des rencontres singulières. Un de nos premiers WWOOFeurs est même devenu le parrain d’un de mes enfants.

WF : Tu as des conseils à donner pour que tout se passe bien ?

Pour que ça marche, mieux vaut avoir des enfants autonomes, à partir de 7 ou 8 ans. Il faut aussi que la relation avec les parents soit bonne : que les enfants les écoutent suffisamment, qu’ils ne soient pas obligés de crier. Il faut aussi avoir conscience que le WWOOFing en famille ça complique les paramètres d’accueil : rythme, goût pour la nourriture de la campagne, logistique… et ce qui est naturel pour nos enfants à la campagne – se faire griffer par une ronce ou chatouiller par une bestiole – peut devenir un événement parfois très dur à gérer pour un petit citadin. Et surtout, il ne faut pas être pris par des impératifs de production, être relax.

Anne-Laure, hôte en Bretagne

« Les familles de WWOOFeurs
participent aussi à la vie quotidienne. »

Avec Gilles, on accueille au moins 3 ou 4 familles de WWOOFeurs par an, depuis plusieurs années.

WF : Une famille, ça complexifie l’accueil, pourquoi fais-tu ça ?

Je viens de l’éducation populaire, j’aime transmettre et surtout j’aime l’idée de passer des vacances à apprendre et non pas à consommer. Les familles qui viennent en WWOOFing chez nous sont sur la même longueur d’onde, cela fait qu’on se comprend très vite.

WF : Et concrètement, comment ça s’organise ?

Le parent donne un coup de main au jardin pendant que les enfants partent à l’aventure avec les miens qui ont une dizaine d’années. Il faut qu’ils soient assez grands pour ça bien sûr. Les familles de WWOOFeurs participent aussi à la vie quotidienne : ils font quelques courses de temps en temps, aident à la préparation du repas, à mettre la table, etc… Tout s’équilibre très naturellement.

WF : Donnes-tu des consignes à l’arrivée ?

Bien avant ! J’envoie toujours un petit document après le premier contact pour être bien claire. J’y récapitule nos règles de gestion de l’eau, les tâches attendues de la part des parents selon les saisons, l’organisation des repas… Par exemple, nous prenons nos repas ensemble à midi mais pas systématiquement les soirs afin de se préserver des moments en famille. Il faut dire que l’été, la cuisine de notre petit éco-camping permet aux familles d’être autonomes à certains moments.

WF : Et tu n’as jamais eu de mauvaises expériences ?

Une seule si. Cet hiver, une maman et sa fille qui sont venues et reparties le lendemain sans rien dire, même pas au-revoir… On se demande toujours ce qui lui pris ! Va savoir…

Visiter le profil de l’Eco Domaine Le Bois du Barde


Un accueil réglementé

  • Il faut être majeur et avoir adhéré à l’association pour être WWOOFeur.
  • A ce titre, un enfant ne peut bien sûr pas être considéré comme un WWOOFeur.
  • Si il peut accompagner et participer à certaines activités, cela doit se faire en accord avec l’hôte, et bien sûr sous la responsabilité de ses parents.

“Vous souhaitez partager vos conseils et expériences de WWOOFing en famille ? N’hésitez pas à nous écrire à hello@wwoof.fr, nous vous recontacterons pour recueillir vos témoignages. ”

L’été de ferme en ferme de Jocelyn Marques

WWOOFeur et photographe, Jocelyn Marques, a baladé son appareil photo de verger bio en ferme apicole pour saisir l’esprit du WWOOFing. D’avril à août 2018, tout en participant aux activités quotidiennes, il lui a été permis de photographier et de filmer les moments de vie entre hôtes et bénévoles.

Etape 1/5 : apiculture chez Michel et Catherine

L’aventure a commencé le 16 avril dans la Creuse, chez Michel et Catherine, un couple d’apiculteur. Pissenlit, acacia, sapin ou châtaignier, depuis 2005, ils produisent un miel bio délicieux. Proches de la nature et des animaux, ils ont à coeur de transmettre leur savoir et leur quotidien. Ils accueillent des WWOOFeurs depuis maintenant un an. On y vit au rythme des abeilles.

Durant mon séjour, j’ai rencontré d’autres WWOOFeurs venus s’initier à l’apiculture. Vérèna, une allemande qui découvrait la France pour la première fois, Bertrand et Mathieu, professeurs d’histoire-géo en Ile-de-France. Leur humour et leur curiosité ont rendu leur séjour mémorable !

Ensemble, Michel nous a fait vivre une expérience extraordinaire : la transhumance de trois millions d’abeilles sur plus de deux cents kilomètres. Une sacrée aventure et un premier contact passionnant avec les abeilles.

Etape 2/5 : maraîchage, élevage et boulangerie à la Gravelle

Direction l’estuaire de Gironde, entre Bordeaux et Royan, à la ferme de la Gravelle. On y pratique plusieurs activités, agricoles et artisanales, mais surtout on y défend une agriculture paysanne, bio et actrice de son territoire. Je vais passer une partie de mon séjour avec Julien et Mélanie sur la partie maraîchage.

Anciens parisiens installés là depuis trois ans. Ce jeune couple et leurs trois enfants ne manque pas d’énergie et de projets ! Maraîchage, augmentation de la surface de culture, création d’un pré-verger … J’ai enrichi mes quelques notions de maraîchage, j’ai appris à faire du pain bio avec Fanny la boulangère, assisté à la tonte des moutons avec les éleveurs, joué de la musique et longuement échangé avec Robert, un artiste anglais installé sur la ferme depuis dix ans.

En compagnie de deux autres bénévoles, Ana et Aude, nous avons visité les villages environnants, chanté, dansé, énormément discuté et rit. Nous avons tous les trois passés beaucoup de temps dans les serres ainsi qu’en plein champ. La diversité des activités quotidienne nous a permis de prendre conscience de l’ampleur du travail ainsi que de sa complexité.

Etape 3/5 : maraîchage sur sol vivant en Dordogne

Début juillet je me suis rendu en Dordogne à la ferme de Cagnolle. Inspiré par les travaux de M. Fukuoka, S. Holzer et D. Soltner, Benoit et Carmen expérimentent sur 13 hectares en permaculture. 

En lien avec l’association Maraîchage Sol Vivant, ils revendiquent une agriculture innovante pour produire en quantité mais dans le respect du vivant, sans polluer et en régénérant leur sol. Ils travaillent aussi à la mise en place d’un atelier d’aquaponie dans une serre dôme et projettent d’auto-produire l’alimentation des poissons. En 10 ans, à force de volonté, leur ferme est devenue un lieu incontournable qui forme au maraîchage sur sol vivant.

Je suis très admiratif face au travail accompli. Durant ce très beau séjour j’ai passé beaucoup de temps avec deux autres WWOOFeurs. Thibaut, alsacien de 27 ans qui est venu dans une démarche d’apprentissage avant de s’installer en tant que maraîcher. Marie avait déjà séjourné dans la ferme il y a quatre ans. Titulaire d’un brevet professionnel de responsable d’exploitation agricole (BPREA), elle connaissait déjà très bien le métier. Elle était là pour donner un coup de main, peaufiner ses connaissances et tout simplement pour passer du bon temps avec Benoît et Carmen.

Etape 4/5 : maraîchage sur la route de Compostelle

Début août, je me suis rendu dans le Tarn-et Garonne, sur la route de Saint-Jacques-de-Compostelle. C’est dans le hameau de Mathaly, sur les côteaux de Moissac que Valentin s’est installé comme maraîcher il y a deux ans. Sur sa petite ferme de 15 hectares, poussent sous serre, des tomates, concombres, poivrons, aubergines, melons et courgettes en été, et épinards, radis, et mâche en hiver. Mais aussi des haricots, carottes, betteraves, choux et physalis en plein champ. Valentin cultive aussi des fruits dans ce cadre superbe. Valentin a énormément de projets pour développer sa ferme. Il a déjà accueilli six WWOOFeurs depuis son installation et ne compte pas s’arrêter là.

Je suis resté 10 jours à la ferme. Il n’y avait pas d’autres WWOOFeurs. J’ai donc passé beaucoup de temps avec Valentin à l’aider et à discuter. J’ai pu l’accompagner à une foire bio ainsi qu’à deux marchés, nous nous sommes baladés en vélo et, à plusieurs reprises, nous somme allés visiter le très beau village de Moissac, profiter du soleil en terrasse, manger une pizza, voir un petit concert. C’était vraiment un super séjour, très enrichissant sur le plan humain.

Etape 5/5 : soin des chevaux dans un ranch

Pour mon dernier séjour, j’ai eu la chance d’être accueilli dans un lieu atypique, le ranch de Candaü, chez Raphaël et Dounia. Ils se sont rencontrés à Tahiti il y a deux ans et demi. Et voilà maintenant un peu plus d’un an qu’ils se sont lancé dans la construction de leur havre de paix, le ranch de Candaü. Installés près de Pau dans les Pyrénées-Atlantiques sur un terrain de 11 hectares de bois et de prairies. Dounia et Raphaël souhaitent bâtir un lieu dédié au cheval au coeur d’une nature resplendissante. Pension, dressage, élevage, cours d’équitation, randonnées à cheval, en poney, à dos de lamas et pourquoi pas de chameau. Pour le moment, le ranch est en construction, il ouvrira ses portes au public dans un an ! 

J’ai partagé cette expérience avec Oscar et Gislaine qui découvraient le WWOOFing. Oscar, un espagnol de 25 ans venu des Îles Canaries pour faire du WWOOFing afin d’apprendre le français. Raphaël et moi-même parlons très bien espagnol, et nous avons donc pu l’aider à comprendre. Gislaine a 47 ans et elle enseigne les mathématiques. Grande amatrice d’équitation, elle est venue pour le plaisir de passer du temps à s’occuper des chevaux. 

Des hôtes solidaires ouvrent leurs fermes aux réfugiés

Le programme WWOOFing Solidaire lancé par WWOOF France a démarré. Malick a pu parfaire ses connaissances en élevage chez Claude Lamaud. Tandis que Amadou s’est initié à l’agriculture bio chez Laurent Pasteur. Des parcours réussis grâce à la générosité des hôtes, de nos référents bénévoles et de partenariats avec deux associations.

Ce programme d’accueil pour les demandeurs d’asiles (personnes en attente de régularisation) a pour objectif d’offrir des moments d’activités en milieu rural, permettant de recréer du lien humain et social. C’est aussi l’occasion d’acquérir de nouvelles compétences agricoles.

Deux expériences ont eu lieu en décembre 2018. Un premier partenariat avec JRS, une association d’aide aux migrants de Paris, a permis l’accueil de Malick et Amadou chez Claude LAMAUD et Laurent PASTEUR, deux hôtes Solidaires de Haute-Vienne. Deux séjours distincts, d’une semaine, pour prendre contact et découvrir les lieux. Apprendre à se connaitre et vivre ensemble. Sortir de l’inaction forcée des CADA (centres d’hébergement), prendre l’air et écouter le silence de la campagne.

Amadou entouré de Laurent, son hôte-solidaire, de Lucile, référente de l’association JRS et Marie-Hélène, référente WWOOF France.

Avant de démarrer les accueils à proprement dit, une première rencontre entre Marie-Hélène Evert (référente WWOOF-France Limousin), Lucile FROITIER (la référente de JRS) et les hôtes-Solidaires a permis de répondre à leurs inquiétudes et questions diverses.

Malick étant plus intéressé par l’élevage, son choix s’est porté sur la ferme de Claude où il a pu aborder différentes activités agricoles en sa compagnie : s’occuper des vaches écossaises, des lapins et des poules. Il a particulièrement apprécié le contact avec les lamas, animal qu’il ne connaissait pas. La culture et la transformation des Simples correspondaient plus aux désirs d’Amadou, c’est donc chez Laurent qu’il fut accueilli. Il y a appris à planter des fruitiers (trous, plantations, amendement en compost de paille), à faire des terrasses pour le potager et du désherbage. Pour Amadou ce séjour fut l’occasion d’apprécier le calme de la campagne, le bruit du vent dans les arbres, les moments de silence qui lui ont permis de se ressourcer, de mieux réfléchir sur lui-même et de se reposer de l’agitation de la ville. De rencontrer de nouvelles personnes bienveillantes et disponibles et créer ainsi de nouveaux liens. Sa découverte du miel comme aliment et non comme médicament comme il en avait usage avant : un moment très émouvant où il nous a parlé de sa mère.

Ce fut aussi l’occasion tant pour Malick que pour Amadou de rencontrer les voisins, les amis, parents et conjoint de leurs hôtes, de tisser de nouveaux liens et de faire de belles rencontres. Quelques jours après l’accueil, Malick a demandé le numéro de Claude afin de prendre de ses nouvelles. Une belle relation s’est apparemment tissée entre tous les deux, et ils vont garder contact. Tous on évoqué le désir de renouveler l’expérience autant pour le plaisir de se revoir que celui de suivre l’évolution de leurs plantations.

Le succès de ces expériences repose sur la qualité d’écoute et de respect de tous les protagonistes mais aussi grâce à l’énergie et la compétence de référents (WWOOF France et JRS France) sans qui rien n’aurait été possible. D’autres séjours se construisent dans le Limousin mais aussi dans le Calvados (avec l’association SINGA) et bientôt dans d’autres régions.

Si vous faites partie des hôtes adhérents WWOOF France, vous pouvez intégrer le programme en contactant notre délégué WWOOF Solidaire : jerome@wwoof.fr.