Catégories
Portraits

Laure, en Ardèche : « Sans échange pécunier, ça vient vraiment du coeur. »

Chez Laure et Dimitri, la vigne se marie très bien avec un peu d’élevage, du maraîchage et de l’apiculture. Dans leur ferme vigneronne, les WWOOFeurs sont accueillis comme des amis. Car lorsque l’aide est désintéressée, c’est que ça vient vraiment du coeur.

Catégories
Portraits

Le secret de la motiv’ pour travailler : dehors et ensemble

C’est tellement naturel qu’on ne s’en rendait plus compte. Mais 2 mois d’isolement auront mis à jour le secret du coeur à l’ouvrage. Stéphane, hôte en Bretagne raconte la satisfaction qu’il a eu à revoir des WWOOFeurs à ces côtés.

Catégories
Culture WWOOF Portraits

« Le déconfinement a été l’occasion de découvrir des fermes à côté de chez moi »

Caroline s’est déconfinée en WWOOFing. La limite des 100 km à la ronde lui a fait découvrir Le jardin de Michèle, une ferme WWOOF de son secteur. Quand, comme elle, on aime le local et les circuits-courts, avec un peu de créativité, on transforme vite cette limite en opportunité de rencontre.

Catégories
Portraits

Leni, hôte en Dordogne « Faire découvrir un autre mode de vie aux urbains »

Depuis 15 ans, Leni allie jardin et poésie. Elle s’inspire de Gilles Clément et de Masanobu Fukuoka, théoriciens de la terre, pour cultiver la sienne, avec l’aide d’amis et de WWOOFeurs. Une façon pour elle d’initier les urbains à un mode de vie en connexion à la nature. Et de leur faire reprendre la main sur leur environnement.

Catégories
Culture WWOOF Portraits

« La chance d’être dehors, physiquement active, d’apprendre, d’être utile »

Membre de l’asso, Miranda vit à Nantes dans un appartement. Au moment du confinement, elle a choisi de rester en WWOOFing avec Nathalie, Stéphane et leur petite fille dans leur ferme de l’Allier. Au moment où la société s’interroge sur « le monde d’après », elle raconte comment cette situation lui permet d’expérimenter un autre type de vie… pas vraiment la pire.

Catégories
Portraits

Etudiante américaine en France : « Comment le WWOOF a joué un rôle dans ma vie. »

Lorsque j’ai fait mon sac, direction la Haute-Savoie, j’ai enfilé une paire de bottes et laissé mes attentes derrière moi, prête pour l’aventure et la découverte. De nature curieuse et enthousiaste, j’avais choisi une façon concrète de découvrir la France – le pays où j’étudiais et dont j’étudiais la langue – tout en respectant mes convictions pour l’environnement : le WWOOFing. Depuis, mon diplôme en poche, j’ai poursuivi mon exploration jusqu’en Italie (en WWOOFing aussi!) où j’ai définitivement posé mes bagages… dans une ferme ! Dans cet article, je vous partage ma première expérience de WWOOFeuse en France, et le rôle qu’elle a joué dans ma vie.

Catégories
Portraits

WWOOFing in France: an American Débutante’s First Experience

Packing my bag to head to Haute-Savoie, I donned a pair of working boots and left my expectations in the city. With a curious and eager spirit, I opened up to an alternative way of engaging with my environment and share those impressions of living and working on an organic farm in France.

Catégories
Portraits

Anthony : « Faire du WWOOFing dans mon département avant de m’installer »

Il a fait des études d’agriculture conventionnelle puis a travaillé quelques années comme cadre dans l’industrie agricole, avant de claquer la porte. Aujourd’hui, Anthony a 30 ans. Il fait du WWOOFing dans son département en vue de sa future installation en tant que maraîcher. Un moyen pour de faire connaissance avec le réseau de l’agriculture bio et surtout de se serrer les coudes.

Catégories
Portraits

Madeleine, 28 ans, WWOOFing dans le Var « Apprendre les choses élémentaires »

Après des études de développement durable, Madeleine, allemande, va commencer un travail de consultante. Mais avant de travailler dans un bureau, elle a décidé de passer un mois en WWOOFing pour apprendre le français, et découvrir l’agriculture biologique dans sa pratique la plus concrète.

Catégories
Portraits

Hugues-Mircea, osiériculteur « L’excellence avec les forces et les faiblesses de chacun. »

Dans un village perché des Hautes-Alpes, Hugues-Mircea produit de l’osier biologique par conviction. Il partage ses techniques et savoir-faire avec les WWOOFeurs qui viennent l’aider à pratiquer un artisanat d’excellence.