Catégories
Portraits

Comment transformer une exploitation en ferme bio et diversifiée

Réponse avec Régis et Benjamin qui ont repris une ancienne ferme laitière en conventionnel pour lui donner une toute autre direction 👩‍🌾. Ces « non-issus du milieu agricole » ont diversifié les activités de cette ferme du Morbihan qu’ils conduisent maintenant en agroécologie.

Catégories
Culture WWOOF Portraits Savoir-faire

#tousterriens ! : leçon de perma dans une micro-ferme engagée d’artistes-maraîchers

En hiver, elle est costumière et lui chanteur. Au printemps, les revoilà tous les deux maraîchers sur leurs terres alsaciennes. Léa et Gabriel cultivent leur micro-ferme bio d’un hectare en permaculture. Et nourrissent une cinquantaine de familles une partie de l’année via des paniers d’AMAP*. Pierre Girard les a rencontrés pour Tous Terriens !, magazine qui explore les initiatives agroécologiques.

Catégories
Portraits

« Etre au contact des plantes avant de les découvrir sur un catalogue »

Pour vraiment soigner les autres, Lise-May s’est dit qu’il valait mieux claquer la porte de l’industrie pharmaceutique. Aujourd’hui, elle s’est installée comme naturopathe. Dans cette vidéo, elle témoigne de l’importance qu’a joué le terrain et le contact direct avec les plantes dans sa formation…

Catégories
Portraits

S’installer sans prêt bancaire : le modèle coopératif de Trémargat

Un village de 200 habitants avec une moyenne d’âge de 30 ans, et où toutes les maisons sont habitées. Un miracle ? C’est à Trémargat, la commune où Baptiste et Anne-Marie, membres de WWOOF France, ont installé leur ferme, avec le soutien des habitants et non avec celui d’une banque.

Catégories
Portraits

Fabienne, cueilleuse de plantes sauvages « Réappropriez-vous les savoirs ! »

Fabienne, arpente le sud-Isère avec des WWOOFeurs.es lors de cueillettes de plantes sauvages au grand air. Alors que la profession d’herboriste – interdite sous le régime de Vichy – se bat contre vents et marées pour exister, transmettre les connaissances des plantes est plus importante que jamais. « Un geste politique » pour Fabienne qui constate avec enthousiasme que « La vague de fond est lancée. Les jeunes ont décidé de se réapproprier les savoirs et le monde qui les entoure. »

Catégories
Portraits

Laure, en Ardèche : « Sans échange pécunier, ça vient vraiment du coeur. »

Chez Laure et Dimitri, la vigne se marie très bien avec un peu d’élevage, du maraîchage et de l’apiculture. Dans leur ferme vigneronne, les WWOOFeurs sont accueillis comme des amis. Car lorsque l’aide est désintéressée, c’est que ça vient vraiment du coeur.

Catégories
Portraits

Le secret de la motiv’ pour travailler : dehors et ensemble

C’est tellement naturel qu’on ne s’en rendait plus compte. Mais 2 mois d’isolement auront mis à jour le secret du coeur à l’ouvrage. Stéphane, hôte en Bretagne raconte la satisfaction qu’il a eu à revoir des WWOOFeurs à ces côtés.

Catégories
Culture WWOOF Portraits

« Le déconfinement a été l’occasion de découvrir des fermes à côté de chez moi »

Caroline s’est déconfinée en WWOOFing. La limite des 100 km à la ronde lui a fait découvrir Le jardin de Michèle, une ferme WWOOF de son secteur. Quand, comme elle, on aime le local et les circuits-courts, avec un peu de créativité, on transforme vite cette limite en opportunité de rencontre.

Catégories
Portraits

Leni, hôte en Dordogne « Faire découvrir un autre mode de vie aux urbains »

Depuis 15 ans, Leni allie jardin et poésie. Elle s’inspire de Gilles Clément et de Masanobu Fukuoka, théoriciens de la terre, pour cultiver la sienne, avec l’aide d’amis et de WWOOFeurs. Une façon pour elle d’initier les urbains à un mode de vie en connexion à la nature. Et de leur faire reprendre la main sur leur environnement.

Catégories
Culture WWOOF Portraits

« La chance d’être dehors, physiquement active, d’apprendre, d’être utile »

Membre de l’asso, Miranda vit à Nantes dans un appartement. Au moment du confinement, elle a choisi de rester en WWOOFing avec Nathalie, Stéphane et leur petite fille dans leur ferme de l’Allier. Au moment où la société s’interroge sur « le monde d’après », elle raconte comment cette situation lui permet d’expérimenter un autre type de vie… pas vraiment la pire.