Repiquage des semis : les bons gestes de Rémi, hôte-maraîcher dans le Tarn

Faut-il tasser la terre ? A quelle profondeur placer la jeune pousse ? Doit-on les sélectionner ? En 8 ans d’accueil de WWOOFeurs, Rémi, hôte-maraîcher dans le Tarn, a eu à répondre à ces questions plus d’une fois. Infatiguable, il continue de partager ses conseils en vidéo… Où l’on peut voir que le bon geste s’acquiert en pratiquant.

Voir son profil d’hôte

WWOOFing et famille : conseils à la source

Plus de 500 hôtes acceptent de recevoir des WWOOFeurs en famille. Une belle idée qui pose des questions d’organisation. Retour d’expériences d’hôtes et de WWOOFeurs.

Lola et Fabien, hôte-maraîchers et parents de 2 enfants

« Nous avons des enfants, et c’est parfois plus simple de se comprendre avec des familles. »

Nous sommes dans le réseau WWOOF France depuis presque un an. L’été dernier nous avons accueilli deux familles.

WF : Pourquoi ce choix ?

Nous avons des enfants, et c’est parfois plus simple de se comprendre avec des familles : chacun a son propre centre de gravité, ça peut-être plus facile de trouver sa place que pour un WWOOFeur qui vient seul.

WF : Comment s’est organisée la vie quotidienne sur place ?

Chacune des familles était autonome au niveau du couchage. Nous avons pourtant ce qu’il faut mais ils sont arrivés soit en caravane, soit en camion aménagé. La première famille nous aidait le matin, allait visiter le coin les après-midis et en profitait pour dîner tous les soirs à l’extérieur. L’autre famille préférait rester la journée avec nous, et nous prenions tous nos repas ensemble. A chaque fois, ce fût des séjours courts, d’une semaine environ.

WF : Est-ce que ça ne fait pas beaucoup de monde à nourrir d’un coup ?

Les repas étaient simples et on a l’habitude de cuisiner pour des grandes tablées alors ce ne sont pas quelques estomacs d’enfants qui vont grever notre budget ! Bon, c’est vrai que nous n’avons encore jamais eu d’ado à table ;)…

WF : Et côté gestion des enfants dans l’espace de la ferme ?

Nous sommes sur une grande parcelle fermée, les enfants peuvent se déplacer librement. Parfois, je choisissais de faire une chose à laquelle un enfant pouvait participer, comme de la peinture par exemple. Mais ce qu’ils aimaient surtout, c’était s’occuper des poules !

Visiter le profil de la ferme de T.A.N.G.A

Adrien et sa fille Eva, une semaine de WWOOFing dans le Perche

« On participait à toutes les tâches du quotidien. »

WF : WWOOFer en vacances avec ta fille, d’où t’est venue cette idée ?

Je cherchais d’abord une immersion totale à la campagne avec ma fille de 6 ans, et non pas des vacances pas chères (mais finalement, ça a aussi été le cas !). J’étais là pour le plaisir d’être en plein air et d’aider la famille de maraîchers qui nous a accueillis dans le Perche. Ils avaient 3 jeunes enfants et ma fille a pu un peu participer, comme l’aurait fait une petite de la ferme, à ramasser les œufs et nourrir les poules.

WF : Comment s’est organisée la vie quotidienne ?

Nous sommes venus en camion aménagé donc nous étions autonomes sur le couchage. Mais nous prenions tous nos repas ensemble avec la famille qui nous accueillait, du petit-déj au repas du soir. On participait à toutes les tâches du quotidien : on allait “cueillir les courses” dans le jardin, on faisait un peu de troc avec l’éleveur d’à-côté pour la viande. Pour la cuisine et la vaisselle, c’était à tour de rôle, ça se faisait naturellement.

WF : Ta fille a t-elle réussi à s’adapter facilement ?

Sans aucun problème ! Bien sûr, tout n’est pas comme à la maison : nous qui avons l’habitude des baguettes bien blanches, on a mangé du pain de campagne qui se garde longtemps. Personne ne m’empêchait d’aller à la boulangerie du coin si je n’étais pas content ! Mais l’état d’esprit c’est quand même de se laisser embarquer par la vie de la ferme, pas de chercher à appliquer son fonctionnement habituel.

WF : Mais comment s’occuper d’un enfant tout en WWOOFant quand on est une famille monoparentale ?

Quand elle n’était pas avec les poules ou le chien qu’elle rêverait d’avoir, Eva jouait avec ses crayons de couleurs et ses jeux mais aussi avec la famille… elle sait s’occuper. Il y a certainement eu quelques moments d’ennui pour elle, mais d’un point de vue éducatif, je trouve ça bien qu’elle rêvasse un peu.

Thierry, hôte en Ardèche et père de 3 enfants

« Pour que ça marche, mieux vaut avoir des enfants autonomes, à partir de 7 ou 8 ans. »

WF : Après de nombreux accueils de WWOOFeurs en famille, tu as choisi d’arrêter, pourquoi ?

Oui, car accueillir une famille demande naturellement plus de temps que l’accueil d’un WWOOFeur seul : aujourd’hui nos projets sont bien lancés et ne nous permettent plus d’être aussi disponibles.

WF : Quelle expérience en retires-tu ?

Avec la ferme, on a pas trop l’occasion de partir, alors avec le WWOOFing, c’est le monde qui vient à nous ! Nous avons trois enfants qui suivent l’école à la maison, et ma femme est accompagnatrice à la natalité… c’est donc tout naturellement que nous avons reçu plein de familles. Tous les profils sont passés à la maison. A chaque fois ce fût des rencontres singulières. Un de nos premiers WWOOFeurs est même devenu le parrain d’un de mes enfants.

WF : Tu as des conseils à donner pour que tout se passe bien ?

Pour que ça marche, mieux vaut avoir des enfants autonomes, à partir de 7 ou 8 ans. Il faut aussi que la relation avec les parents soit bonne : que les enfants les écoutent suffisamment, qu’ils ne soient pas obligés de crier. Il faut aussi avoir conscience que le WWOOFing en famille ça complique les paramètres d’accueil : rythme, goût pour la nourriture de la campagne, logistique… et ce qui est naturel pour nos enfants à la campagne – se faire griffer par une ronce ou chatouiller par une bestiole – peut devenir un événement parfois très dur à gérer pour un petit citadin. Et surtout, il ne faut pas être pris par des impératifs de production, être relax.

Anne-Laure, hôte en Bretagne

« Les familles de WWOOFeurs
participent aussi à la vie quotidienne. »

Avec Gilles, on accueille au moins 3 ou 4 familles de WWOOFeurs par an, depuis plusieurs années.

WF : Une famille, ça complexifie l’accueil, pourquoi fais-tu ça ?

Je viens de l’éducation populaire, j’aime transmettre et surtout j’aime l’idée de passer des vacances à apprendre et non pas à consommer. Les familles qui viennent en WWOOFing chez nous sont sur la même longueur d’onde, cela fait qu’on se comprend très vite.

WF : Et concrètement, comment ça s’organise ?

Le parent donne un coup de main au jardin pendant que les enfants partent à l’aventure avec les miens qui ont une dizaine d’années. Il faut qu’ils soient assez grands pour ça bien sûr. Les familles de WWOOFeurs participent aussi à la vie quotidienne : ils font quelques courses de temps en temps, aident à la préparation du repas, à mettre la table, etc… Tout s’équilibre très naturellement.

WF : Donnes-tu des consignes à l’arrivée ?

Bien avant ! J’envoie toujours un petit document après le premier contact pour être bien claire. J’y récapitule nos règles de gestion de l’eau, les tâches attendues de la part des parents selon les saisons, l’organisation des repas… Par exemple, nous prenons nos repas ensemble à midi mais pas systématiquement les soirs afin de se préserver des moments en famille. Il faut dire que l’été, la cuisine de notre petit éco-camping permet aux familles d’être autonomes à certains moments.

WF : Et tu n’as jamais eu de mauvaises expériences ?

Une seule si. Cet hiver, une maman et sa fille qui sont venues et reparties le lendemain sans rien dire, même pas au-revoir… On se demande toujours ce qui lui pris ! Va savoir…

Visiter le profil de l’Eco Domaine Le Bois du Barde


Un accueil réglementé

  • Il faut être majeur et avoir adhéré à l’association pour être WWOOFeur.
  • A ce titre, un enfant ne peut bien sûr pas être considéré comme un WWOOFeur.
  • Si il peut accompagner et participer à certaines activités, cela doit se faire en accord avec l’hôte, et bien sûr sous la responsabilité de ses parents.

“Vous souhaitez partager vos conseils et expériences de WWOOFing en famille ? N’hésitez pas à nous écrire à hello@wwoof.fr, nous vous recontacterons pour recueillir vos témoignages. ”