Catégories
Culture WWOOF Portraits Tous

Journal d’une transition : vivre dans une ferme collective et décroissante

« Un jour, j’en ai eu marre que la beauté du monde s’éteigne sans rien y pouvoir. J’ai quitté ma banlieue, mon embryon de carrière, mon embryon de salaire, et je suis allé voir ailleurs si j’y étais. Et j’y suis toujours. Ça fait trois ans. Habiter et travailler dans une ferme, collective, décroissante, ce n’est pas simple, pas suffisant, parfois c’est dur, et même pénible. Mais je ne me suis jamais senti aussi libre, aussi vivant. »

"On dit souvent des néo ruraux qu’ils font leur retour à la terre. Mais leurs racines sont urbaines, leurs pieds ont touché l’asphalte avant l’humus et il s’agit en fait d’un aller simple. Pas si simple d’ailleurs, car c’est un autre mode de vie que voilà."
http://www.clementose.art/

Clément, arrivé en WWOOFing, raconte ce virage existentiel dans un livre à paraître ces prochaines semaines. « Ce livre est l’aboutissement d’un projet de trois ans qui a consisté à m’installer dans une ferme collective, décroissante, à tendance collapso (étape 1), à raconter ce virage existentiel dans une série biformat (podcast et articles) intitulée « Un aller pour la Terre » (étape 2), puis dans un diaporama sonore (étape 3), pour enfin reprendre et enrichir toute cette matière bien compostée et en faire ce livre. »


Juste un « Aller-simple » pour la ferme

Dans ce diaporama, Clément partage ses contradictions, ses doutes et son bonheur trouvé après avoir quitté sa vie parisienne, sa souris et sa chaise à roulettes, pour les Pyrénées où il rejoint un collectif agricole, la ferme légère.

Une réponse sur « Journal d’une transition : vivre dans une ferme collective et décroissante »

Répondre à marc Annuler la réponse.